1. #1

    mon histoire

    Mon histoire.
    15 mars 1475. Florence.

    Je me suis relevé, mais non sans difficulté. Mes oreilles bourdonnaient et je voyais encore un peu flou. Après quelques minutes, ma vision c'est éclaircie et j'entendais enfin comme il faut. Puis, j'ai entendu un grand cri :
    -À COUVERT!
    Puis, un soldat c'est jeté sur moi. Tout de suite après, un boulet de canon passait au-dessus de notre tête. Après s'être relevé il m'a dit :
    -Va te mettre à l'abri! Dans la forteresse! VITE!
    Et j'ai détalé. Pendant m'a course effrénée, je voyais des soldats en habit rouge, avec des casques et des épées, massue et couteau. Et il y avait les gardes de la ville. Eux, en habit blanc avec un capuchon qui recouvrait leur visage. Et...Quelque chose a leur poignet, que je ne peux identifier, mais qui tuait dès que les ennemis se faisaient touché du plat de la main. Tout à coup, une explosion m'a projeté à terre. Après quelque minute, je me suis réveiller et alors j'ai vu un soldat avec l'habit rouge avancer vers moi. Je me suis relevé très vite, en ramassant au passage une épée qui trainait là. Ce soldat était menaçant et il avançait en ricanant. Mais, il avait uniquement un petit couteau. Soudainement, quelque chose est tombé à c'est pied et une épaisse fumée noire l'a aveuglé. Il s’est mis à tousser et à battre des bras en l'air. Alors j'en ai profité.

    En passant près de lui en courant, je lui ai asséné un coup d'épée du côté tranchant en pleine figure.
    Puis, des gardes municipaux m'ont vu, l'épée ensanglanté et le garde qui gémissait par terre.

    -TOI! dit l'un d'eux.
    -Oui?
    -Tu l’as tué? M’a-t-il dit d'un ton accusateur.
    -Euh...Oui...J'avais dit cette phrase en bégayant.
    - Mumm. Tu vois là-bas, la trappe des égouts?
    - Oui!
    - Ouvre-la et entre dedans. Suis c'est petit dessins.
    Il me montra le pictogramme sur son épée.
    -Ça va te mener tout droit à la forteresse.
    -Merci!
    Puis je me suis dirigé vers les égouts.


    Plus tard.

    -Merci beaucoup.
    -Pas de problème, me dit le guérisseur avant de sans aller
    Je n’avais aucune blessure, à part quelque éraflure.
    J'ai alors entendu une conversation de l'autre côté du mur:
    -Nous avons réussi à repousser l'attaque, mais, ils vont revenir. Oui... Ça c'est sûr.
    -Nous allons faire sortir les citoyens de la ville, par les passages secrets.
    -Bonne idée.
    -On commence par l'hôpital.
    -Bene, je m'en occupe.

    C'est alors, que quelqu'un a ouvert la porte de ma chambre.
    -Bonjour. Comment t’appel tu?
    -Guillaume et vous?
    -Giovanni. Nous devons sortir toute les personnes de la ville. L'hôpital en premier. Es-tu capable de marcher?
    -Oui bien sûr.
    -Bene, alors viens-tu va peut-être pouvoir m'aider.
    Et je l'ai suivi. Il m'a ordonné d'ouvrir toute les porte de mon côté et de dire qu'on devait évacuer.
    Lorsqu'on s’est retrouvé il m'a demandé :
    -Tu sais manier une épée?
    -Je me débrouille...
    Alors tien, prend sa.
    C'est alors qu'il m'a donné une épée très particulière. Et il m'a dit :
    -Ceci, est un yatagan d'assassin. Elle devrait te convenir.
    J'ai examiné un bon moment l'arme. La lame était en acier repliée. Avec un équilibre parfait.
    -C'est un arme de bonne qualité, dis-je en bon professionnel.
    - Comment sais-tu ça?
    -Je suis apprenti forgeron.
    -Ah...Tu m'en reparleras plus tard. Maintenant, suis-moi!
    Et il a commencé à courir. Et moi je le suivais. Il nous a conduits au quartier général des gardes municipaux. Une fois à l'intérieur, il a appuyé sur le mur et une porte c'est ouverte.
    -Je vais envoyer les autres villageois ici. Fait les entrer. Essaie de repousser les gardes en tunique rouge quand l'attaque va recommencer. Compris?
    -Compris!
    Puis suivirent de longue minute d'attente avant que les premiers civils arrivent. Je vis avec soulagement mes parents et mes amis passer dans le tunnel souterrain. Mais après de longues minutes, le nombre de personnes qui arrivait diminuait. Tout à coup, j’entends des coups de canons. L’attaque recommençait. J’ai vu l’homme qui m’avait donné les consignes arrivés en courant avec trois poursuivants. J’ai alors eu une idée. Je me suis caché. Quand l’homme est arrivé et avant que ses poursuivants entre dans le bâtiment, je suis sorti de ma cachette avec un grand hurlement de rage. Avec mon épée, j’ai frappé le premier a la tête et transpercer le second. Par contre, le troisième lui, à été capable de parer mes coups. À ce moment, mon assaillant m’a bousculer d’un coup d’épaule et je suis tombé par terre. C’est à ce moment que Giovanni à lancer son bizarre de balle ronde qui a créé une épaisse fumée. À ce moment je me suis relevé et j’ai transpercé mon adversaire avec mon épée.
    -Ça va? demande Giovanni.
    -Oui ça va. Qu’est-ce que c’est votre truc que vous lancer?
    -Bombe fumigène. En tout cas tu as du talent Guillaume.
    -Merci. Que fait-on maintenant?
    -Maintenant, on accompagne les autres. Aller viens! Dit-il avant de s’enfoncer dans les galeries souterraines.

    Deux mois Plus tard.

    -Merci encore Giovanni.
    -Bah. Pas de problème. Bienvenu parmi nous. Ton entrainement commence demain.
    -D’accord. A demain!
    Bon petit résumé. Giovanni a fait sortir tous les citoyens avec moi lors de l’attaque. À la sortie des tunnels, nous avons été pris en embuscade et il a vu mes talents au combat quoique rudimentaire. Il a dit que pour une première fois je m’étais bien débrouillé. Moi je trouve que je n’ai pas fait grand-chose de sensationnel. Tout ce que j’ai fait, c’est de tué les templiers par derrière. Par contre, j’ai reçu une flèche en pleine épaule, mais, heureusement, pas du bras avec lequel je me bât. Quand les renforts sont arrivés, il m’a recruté, ainsi que mes amis. J’ai hâte à ma première mission.
    Le lendemain.
    -Bonjour Giovanni!
    -Salut guillaume.
    -Alors. Par quoi on commence?
    -Part te donner tes lames d’entrainement.
    -C’est-à-dire?
    -Les lames en bois!
    -Wow… super.
    -Tiens.
    -Merci.
    -On va commencer. Tu vois les mannequins la bas?
    -Oui.
    -Place toi as côté et assassine le; comme ça regarde. Tu as vu?
    -Oui.
    -Alors va-y. As toi!
    Je l’ai assassiné avec succès, mais de façon un peu maladroite. Et nous avons continué comme ça ainsi de suite pendant quelque mois avant ma première mission. Il y a eu des mois d’entrainement acharné. De lever en même temps que les premières lueurs de l’aube. Mais je sais, que tout ça, en vaut la peine. Je fais tout ça, pour la bonne cause. Ça été dur, mais, moi et mes ami, on a réussi. Une joie énorme m’emplissait quand est venue la cérémonie de promotion, celle d’apprenti, à celle d’assassin. Ils m’ont enfin remis ma première vraie lame secrète. Et j’ai très hâte de m’en servir. Contre les templiers évidemment. Parce que moi, je ne suis pas un de ces traitres assassins.


    22 novembre, 1475
    Première mission. Objectif : Infiltrer la forteresse ennemie. Nombre d’assassin sur le terrain : 5
    Et voilà. J’y suis. Ma première mission en tant qu’assassin. Je suis nerveux. J’ai hâte de leur faire goûter au fil de mon épée. Nous somme 5 et en territoire ennemi. Pour moi, la tension est à son comble. Pour les autre, pas de problème.
    -Tu es prêt? Me demande Giovanni.
    -Non. Mais il va falloir y aller de tout façon alors oui.
    -Ha ha ha! Bien parler mon jeune. J’espère que mon fils, Ezio, va faire preuve d’autant de lucidité que toi le moment venu. Bon! On y va!

    Premier objectif : infiltrer la forteresse ennemie.

    Équipé de mon yatagan, un couteau, quelque couteau de lancer, et d’une arbalète et vêtu de mon habit noir, j’avance dans la nuit. Discrètement, comme un assassin. Le premier soldat, Giovanni l’assassine avec sa lame. Le deuxième qui l’a presque repéré et s’en va sonner l’alarme, je lui envoie une flèche d’arbalète dans la gorge. Et nous continuons ainsi, jusqu’à temps d’entrer dans cette base.

    Deuxième objectif : tué le chef templier de la région.

    Nous avançons vers le bureau du templier. Deux assassins se place de chaque côté de la porte, les deux autres devant avec leur arbalète et le dernier monte la garde. Moi, Je suis de ceux qui on les arbalètes. Alors, un garde sort, reçoit une flèche et ce fait rattrapé par un assassin à côté de la porte, tandis que l’autre ferme la porte. Et c’est à ce moment que nous avons entendu les gardes dire :
    «Notre tour de garde fini. Le chef va se coucher. Vous deux, devant la porte. Vous monté la garde jusqu’à la prochaine relève. Sonner l’alarme dès que vous voyez quelqu’un, et vous l’attacher jusqu’à ce qu’il soit identifié. Compris?»
    «Compris! On alors entendu une dizaine de vois différente.»
    À ce moment, nous nous sommes mis à couvert. Et les garde sont sortis. «On attend que les garde sont passés, et on attaque ceux qui monte la garde devant la porte.» M’a chuchoté Giovanni a côté de moi. L'attaque est rapide et fatale. Giovanni et moi, on bondi hors de notre cachette. J’envoie une flèche dans la gorge de celui de gauche, et Giovanni un couteau dans celui de droite.
    -Joli bond,dit Giovanni.
    -Merci.
    -Désoler les gars mais on a du travail, nous a dit un des assassins, impatient.
    -Oui il a raison. Allons-y! dit Giovanni.
    Et là, on entre dans la pièce. Quand on a voulu ouvrir la porte, elle était verrouillé.
    -Dannazione! Dit Giovanni
    -Attend laisse-moi faire, répondis-je.
    Je sors alors d’une poche secrète que j’ai ajoutée moi-même de petit outil bien pratique. Entre autre, des outils pour crocheter des portes, des couteaux long comme un index, etc.
    -Où es-ce que tu as trouvé ça? Demande Giovanni.
    -Je suis forgeron, répondis-je.
    -Ah oui…J’avais oublié. C’est bien pratique. Tu pourrais me faire un équipement comme ça?
    -Ben oui.
    À ce moment, j’ouvre enfin la porte. Et là, on a vu le chef des templiers. Celui de la région en tous cas. C’était un gros bonhomme gigantesque. Je n’ai pas eu de mal à l’éliminé. Une petite seringue avec un poisson foudroyant et le problème a été régler.

    Troisième objectif.

    Sortir de la forteresse n’a pas posé de problème. Nous somme sorti pas les égouts sans problème. Quand j’ai entendu l’alarme quand les templiers ont découvert le corps de leur chef, nous étions déjà loin. Voici mon histoire.
    Maintenant, j’améliore mes compétences, mes connaissances. Je travaille avec l’ordre depuis maintenant 1 ans. Je sais que je ne pourrais pas les trahir parce que ce sont mes frères.
    FIN.
    Share this post

  2. #2
    j'attend vos réponse. ex:se que vous penser de l'histoire, les bout que vous avez préférer, etc.
    Share this post