1. #1
    Avatar de Vike Membre à temps plein
    Inscrit
    juillet 2004
    Messages
    995
    Je suis tombé là dessus dernièrement...



    "On compare parfois les shoots des footballeurs à des boulets de canons. Dans le cas de Pierre Richard, ce n'est vraiment pas exagéré...

    Extraordinaire ! Incroyable ! Inimaginable ! L'exploit réalisé par M. Pierre Richard, footballeur amateur à Fay-aux-Loges (Loiret) est sans aucun doute unique dans les annales du sport... et de la guerre ! Jugez plutôt...

    Nous sommes en février 1942. La France, vaincue, est occupée par les troupes allemandes. La Gestapo fait régner la terreur. Dans les campagnes, on manque de tout.

    La nourriture est rare. Pour obtenir des produits de première nécessité, il faut des tickets de rationnement. Il existe aussi des bons qui donnent droit à une paire de chaussures... A Orléans, la préfecture du Loiret, la statue de la place de la République a même été fondue pour récupérer le bronze...

    Ce dimanche après-midi, à Fay-aux¬Loges, à une trentaine de kilomètres d'Orléans, on a mis la guerre entre parenthèses le temps d'un match de football.

    Un oiseau de mauvais augure

    Ce jour-là, l'équipe locale reçoit celle d'Ascoux, un village voisin. Le temps est maussade et encore froid. «La Carotte», comme on appelle le clocher de l'église à cause de sa forme un peu particulière, se découpe sur un fond de ciel gris. Les 22 joueurs arrivent sur le terrain qui tient plus du champ de pommes de terre que du Stade Vélodrome de Marseille mais qu'importe. Les spectateurs se pressent sur la touche. Les occasions de se distraire sont rares alors on est venus nombreux assister au match. Et ce match, le public l'ignore encore, restera gravé dans toutes les mémoires.

    L'arbitre donne le coup d'envoi. C'est parti ! Tacles, dribbles, shoots, le ballon de cuir à lacets court d'un joueur à l'autre. Sur la touche, les supporters de Fay, plus nombreux, encouragent leur équipe au milieu des rires et des applaudissements. On en oublierait presque la guerre.

    Mais un vrombissement de moteur vient d'un seul coup rappeler la réalité. Instinctivement, spectateurs et joueurs lèvent la tête vers le ciel. C'est bien un avion qui survole le terrain de football comme un oiseau de mauvais augure. L'appareil est un Fieseler Storch. Il passe et repasse au-dessus du terrain. Le voilà qui survole la foule en rase- mottes et chacun peut détailler à loisir les ailes frappées de la sinistre croix noire...

    Comme pour refuser cette intrusion du malheur, les joueurs reprennent le match.

    L'hélice explose sous le choc

    Ascoux semble prendre l'ascendant sur Fay. L'équipe visiteuse est à l'attaque et Fay doit se regrouper en défense. L'ailier d'Ascoux déborde, élimine son adversaire et centre fort devant le but de Fay. Il va marquer. Non ! Au dernier moment, Pierre Richard, défenseur de Fay, jaillit. Il se jette sur le ballon et frappe, de volée, pour dégager son camp. La balle monte en chandelle... Joueurs et spectateurs suivent des yeux la trajectoire du «cuir» dans les airs. C'est alors qu'ils voient le ballon frapper le nez de l'avion. Stupeur : l'hélice du Fieseler Storch explose sous le choc ! L'avion allemand tangue, vacille dans les airs, perd de l'altitude et va se poser en catastrophe 500 mètres plus loin. Aucun cri de joie ne salue l'exploit de Pierre Richard. Ce que l'on peut lire alors sur les visages, c'est l'inquiétude, l'angoisse. On s'attend à voir sortir du cockpit un officier allemand furieux. On redoute qu'il braque une arme sur la foule et tire pour se venger.

    Mais contre toute attente, ce sont deux hommes à l'air piteux qui entrent sur le terrain. Le premier, qui semble être le pilote, bredouille quelques mots d'explications confuses, il ramasse le morceau d'hélice et rejoint son passager.

    C'est alors qu'un camion de l'armée allemande surgit... Des soldats en descendent et braquent leurs fusils... sur les deux aviateurs ! Sous les yeux médusés des joueurs et de leurs supporters, les deux hommes sont menottés et embarqués sans ménagement.

    Ce n'est que plus tard que les habitants de Fay apprendront le fin mot de l'histoire. Les aviateurs n'étaient pas en service commandé. Ils avaient « emprunté » l'avion sur la base aérienne toute proche de Bricy pour s'offrir une balade. Que sont-ils devenus ? Mystère... A Fay, on n'a plus jamais entendu parler d'eux. Mais on n'a pas fini d'entendre l'histoire du shoot qui ébranla la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande."


    "Source"

    Bon,le Pierre Richard ne serait pas ici l'acteur comique que l'on connaît tous...

    Mais l'histoire en elle-même me paraît relativement grosse.Il y aurait-il une source fiable sur cet événement..?

    @+
    Share this post

  2. #2
    Avatar de Vike Membre à temps plein
    Inscrit
    juillet 2004
    Messages
    995
    Je suis tombé là dessus dernièrement...



    "On compare parfois les shoots des footballeurs à des boulets de canons. Dans le cas de Pierre Richard, ce n'est vraiment pas exagéré...

    Extraordinaire ! Incroyable ! Inimaginable ! L'exploit réalisé par M. Pierre Richard, footballeur amateur à Fay-aux-Loges (Loiret) est sans aucun doute unique dans les annales du sport... et de la guerre ! Jugez plutôt...

    Nous sommes en février 1942. La France, vaincue, est occupée par les troupes allemandes. La Gestapo fait régner la terreur. Dans les campagnes, on manque de tout.

    La nourriture est rare. Pour obtenir des produits de première nécessité, il faut des tickets de rationnement. Il existe aussi des bons qui donnent droit à une paire de chaussures... A Orléans, la préfecture du Loiret, la statue de la place de la République a même été fondue pour récupérer le bronze...

    Ce dimanche après-midi, à Fay-aux¬Loges, à une trentaine de kilomètres d'Orléans, on a mis la guerre entre parenthèses le temps d'un match de football.

    Un oiseau de mauvais augure

    Ce jour-là, l'équipe locale reçoit celle d'Ascoux, un village voisin. Le temps est maussade et encore froid. «La Carotte», comme on appelle le clocher de l'église à cause de sa forme un peu particulière, se découpe sur un fond de ciel gris. Les 22 joueurs arrivent sur le terrain qui tient plus du champ de pommes de terre que du Stade Vélodrome de Marseille mais qu'importe. Les spectateurs se pressent sur la touche. Les occasions de se distraire sont rares alors on est venus nombreux assister au match. Et ce match, le public l'ignore encore, restera gravé dans toutes les mémoires.

    L'arbitre donne le coup d'envoi. C'est parti ! Tacles, dribbles, shoots, le ballon de cuir à lacets court d'un joueur à l'autre. Sur la touche, les supporters de Fay, plus nombreux, encouragent leur équipe au milieu des rires et des applaudissements. On en oublierait presque la guerre.

    Mais un vrombissement de moteur vient d'un seul coup rappeler la réalité. Instinctivement, spectateurs et joueurs lèvent la tête vers le ciel. C'est bien un avion qui survole le terrain de football comme un oiseau de mauvais augure. L'appareil est un Fieseler Storch. Il passe et repasse au-dessus du terrain. Le voilà qui survole la foule en rase- mottes et chacun peut détailler à loisir les ailes frappées de la sinistre croix noire...

    Comme pour refuser cette intrusion du malheur, les joueurs reprennent le match.

    L'hélice explose sous le choc

    Ascoux semble prendre l'ascendant sur Fay. L'équipe visiteuse est à l'attaque et Fay doit se regrouper en défense. L'ailier d'Ascoux déborde, élimine son adversaire et centre fort devant le but de Fay. Il va marquer. Non ! Au dernier moment, Pierre Richard, défenseur de Fay, jaillit. Il se jette sur le ballon et frappe, de volée, pour dégager son camp. La balle monte en chandelle... Joueurs et spectateurs suivent des yeux la trajectoire du «cuir» dans les airs. C'est alors qu'ils voient le ballon frapper le nez de l'avion. Stupeur : l'hélice du Fieseler Storch explose sous le choc ! L'avion allemand tangue, vacille dans les airs, perd de l'altitude et va se poser en catastrophe 500 mètres plus loin. Aucun cri de joie ne salue l'exploit de Pierre Richard. Ce que l'on peut lire alors sur les visages, c'est l'inquiétude, l'angoisse. On s'attend à voir sortir du cockpit un officier allemand furieux. On redoute qu'il braque une arme sur la foule et tire pour se venger.

    Mais contre toute attente, ce sont deux hommes à l'air piteux qui entrent sur le terrain. Le premier, qui semble être le pilote, bredouille quelques mots d'explications confuses, il ramasse le morceau d'hélice et rejoint son passager.

    C'est alors qu'un camion de l'armée allemande surgit... Des soldats en descendent et braquent leurs fusils... sur les deux aviateurs ! Sous les yeux médusés des joueurs et de leurs supporters, les deux hommes sont menottés et embarqués sans ménagement.

    Ce n'est que plus tard que les habitants de Fay apprendront le fin mot de l'histoire. Les aviateurs n'étaient pas en service commandé. Ils avaient « emprunté » l'avion sur la base aérienne toute proche de Bricy pour s'offrir une balade. Que sont-ils devenus ? Mystère... A Fay, on n'a plus jamais entendu parler d'eux. Mais on n'a pas fini d'entendre l'histoire du shoot qui ébranla la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande."


    "Source"

    Bon,le Pierre Richard ne serait pas ici l'acteur comique que l'on connaît tous...

    Mais l'histoire en elle-même me paraît relativement grosse.Il y aurait-il une source fiable sur cet événement..?

    @+
    Share this post

  3. #3
    Avatar de bane92 Fidèle des forums
    Inscrit
    mars 2003
    Messages
    172
    génial, comme quoi la réalité dépasse la fiction parfois
    Share this post

  4. #4
    Ta "source" dit ... trouvé je ne sais plus où

    Histoire à classer à côté de celle du yeti et du monstre du Loch Ness ...
    Share this post

  5. #5
    Avatar de Vike Membre à temps plein
    Inscrit
    juillet 2004
    Messages
    995
    LOL,mais alors,toujours pas d'avis sur cette affaire?

    Info ou intox?

    @+
    Share this post

  6. #6
    Avatar de Kintaro_343-kkt Forumeur fou
    Inscrit
    décembre 2006
    Messages
    1 123
    Merci Vike, la véracité de l'histoire m'importe peu... j'ai passé un si bon moment !
    Share this post

  7. #7
    Avatar de martin_591 Forumeur fou
    Inscrit
    février 2006
    Messages
    1 107
    Si les Canadiens de Montréal ont put réussir l'impossible en blanchissant les Devils du New Jersey 4 à 0 avec un jeune gardien de but en prime hier soir, alors je suis possiblement prêt à croire cette histoire de soccer...
    Share this post

  8. #8
    Avatar de Tomio_343KKT Membre de passage
    Inscrit
    mai 2007
    Messages
    56
    roh la la les dirigeants du canadien ont été vraiment trop bêtes d'échanger huet et de garder pryce !!!

    surtout contre un choix de seconde ronde pfff
    Share this post

  9. #9
    Avatar de martin_591 Forumeur fou
    Inscrit
    février 2006
    Messages
    1 107
    je suis sur que tu dis juste ca à cause qu'il est francais

    Perso, à date, je trouve qu'il ont très bien fait. Il est tout bonnement impressionnant! il a réussi là où Huet aurait surement perdu!

    Raison de plus pourquoi j'apprécie Price, il est Canadiens

    De plus, ses stat sont même mieux que Roy à la même période! Price is right! (jeu de mot canadiens...)

    Au fait, en parlant de Huet, il n'a pas été chanceux la semaine dernière. L'un de ses défenseur (une recrue) a par erreur lancé le palet dans son filet!!!

    au fait, vous regardé le hockey en France???
    Share this post

  10. #10
    Avatar de ephemere1962 Petit nouveau
    Inscrit
    septembre 2007
    Messages
    26
    Si on regarde?

    Un sport ou on se gèle les noix et ou pour se réchauffer on se fait des bisous en se réchauffant sur les barrières?

    Vous rigolez.... les fricotis sont interdit en prime time en france...

    On préfère se siroter une roteuse en regardant 22 handicapés qui essaient de taper dans un ballon... c'est plus social.

    D'ailleurs... "soccer" est un très mauvais diminutif de "football association", tout le monde à part quelques yankee et 3 canadiens appellent ça "football".
    C'est quand même plus approprié que pour le football américain ou canadien ou personne ne joue le ballon avec les pieds à part pour les remise en jeu.... d'ailleurs le mot "football" dans ce cas viens de "rugby football", le sport dont ils descendent.... ce que tout le monde appelle "rugby", à par bien sur, pour se montrer originaux, 3 yankee et 2 canadiens.

    Voila.... ça c'est dit...
    Share this post