1. #1
    Avatar de T4l3T3ll3r Petit nouveau
    Inscrit
    décembre 2007
    Messages
    14
    Oh yeah oh yeah bande de sales gosses ! Comme vous n'avez pas été sages, nous allons sortir de notre crypte pour vous raconter une belle histoire de Noël. Asseyez-vous et ouvrez grand vos cages à miel.

    Or donc il advint que, dans un pays virtuel très loin très loin d'ici, à une époque reculée oubliée de tous (le gudule aidant...),

    Nota bene : Les personnages, les décors, et les situations relatées dans cette histoire ont été créés de toutes pièces à partir de documents d'archives incontestables, de correspondances dépouillées et de témoignages attestés autour d'une personne évanescente, faite de moi(s) mouvants et potentiels. C'est pourquoi les individus et les lieux qui en forment le paysage ne sauraient être considérés comme appartenant sans contestation possible à la réalité. Toute ressemblance avec des situations réelles passées, présentes, ou à venir sera donc fortuite, et devra donc être imputée à la réalité elle-même.

    ...la suite au prochain épisode
    Share this post

  2. #2
    Avatar de T4l3T3ll3r Petit nouveau
    Inscrit
    décembre 2007
    Messages
    14
    Prologue





    Un monde vieillissant, à l'agonie, et dont le bar des vétérans était l'image la plus parfaite, véritable quintessence de la ride et du double menton balladurien, attendait avec ferveur sa propre apocalypse, à la suite de laquelle naîtrait un ordre nouveau et rayonnant...














    La prophétie parlait de cette destruction régénératrice.... Elle disait qu'un corse sanguin accompagné d'un chat épileptique accomplirait la grande rédemption par le feu.
    Or il se trouvait précisément un corse intégriste qui donnait sa vie son temps et son énergie pour son Combat pour des créatures verdouillardes pleines de jactance. En grand défenseur des animaux ineptes, il était accompagné d'un chat un peu malade, au sourire sadique, et au poil couleur lasagne Findus.

    Tout les désignait pour accomplir la prophétie. Le corse, voyant que le chat avait des difficultés digestives, le tapa dans le dos, de sorte qu'il rota incontinent.
    Ce n'était pas un rôt ordinaire, ça semblait sortir des entrailles de la terre ; il y eut un éboulement, c'est ainsi que fut posée la première pierre du Happy Bar.
    La construction se fit rapidement, et dans la bonne humeur. Aussi est-ce dans une ambiance festive et décontractée que la foule des forumeurs assista à l'inauguration solennelle et pompeuse d'un bar qui était voué au redressement des dos et à la destruction des hémorroïdes.










    Le corse se présenta à la noble assemblée sous la forme monstrueuse d'un enfant qui avait en lui la sagesse d'un octogénaire. La preuve il fumait du cigare. Il se nommait Akarnan.







    Le chat se présenta sous la forme familière d'un chat. Il faut appeler un chat un chat, surtout lorsque son prénom est Arkanne, ce qui est presque aussi grotesque que Marie-Joseph.







    Akarnan posa la première pierre, qui malheureusement était gâtée par la fiente de braillards ; on n'osait trop rien dire, mais on savait que cela présageait un avenir plein de noirceur et de saletés. Mais le rajeunissement était à ce prix, et fort noblement tout le monde consentit à sacrifier les principes hygiéniques et diététiques.
    Mais les grandes Å“uvres suscitent toujours les jalousies, et on verra toujours à côté du géant Homère, le nain Zoïle.

    C'est ainsi que Jedi le vil mafioso de l'hospice des vétérans, tenta d'intimider la concurrence.











    Mais les méthodes du vieux ne pouvaient avoir la moindre prise sur des murs issus des rots prophétiques d'un chat, et comme la clientèle fuyait, il eut la bonne idée de trucider ses derniers clients, ce qui lui apporta plus d'argent que s'il s'était contenté des maigres marges qu'il faisait sur le pastis. Une fois la besogne faite, il s'en fut dans les îles, à bord du love Boat de son copain Jolavantur, non sans avoir maudit par trois fois quiconque oserait un voyage maritime après lui. Libérée d'une concurrence malsaine, le Happy Bar put prospérer en rackettant quotidiennement ses clients. L'un des premiers à venir, et à prendre du plaisir à se trouver sans cesse floué, mais sans cesse transporté dans des illusions grotesques, était un pokémon mal éduqué nommé Lyrendil. Il se serait fait battre dans n'importe quel duel contre d'autres monstres, et trouvait dans le Happy Bar un asile, où il pouvait rêvasser à propos de formes féminines ointaines auxquelles il n'aurait jamais accès.
    Hélas le chat ne voulait pas rester dans le bar, et courrait partout, tuant ça et là des pigeons, et chiant parfois sur les roses de la voisine. Pour amadouer le chat volatil, Akarnan trouva une ruse exemplaire. Il inventa un plat extraordinaire, voué aux plus hauts destins : la lasagne, qui devint le symbole vivant du renouveau.







    Le chat épileptique captivé par les couches infinies de cet aliment, trouva miraculeusement une humanité.







    ... A suivre ...
    Share this post

  3. #3
    Avatar de Arkanne Membre illustre des forums
    Inscrit
    septembre 2003
    Messages
    18 181
    Ah, ah,ah ! Qui est le chroniqueur si talentueux en cette soirée de Noël ?
    Je vais le découvrir une fois que j'aurai le net, pour l'instant, mangez bien, buvez et + si affinités !
    Share this post

  4. #4
    Avatar de Thorvall Passionné des forums
    Inscrit
    juillet 2006
    Messages
    453
    Joyeux NOWEL à tout le monde!!!!!!!!
    Share this post

  5. #5
    Avatar de Ramoran Membre illustre des forums
    Inscrit
    janvier 2005
    Messages
    7 248
    La photo du lasagne me fait particulièrement mal au ventre. En tout cas cette histoire est nulle, je crains le pire pour la suite. Je ne vois pas trop en quoi le défunt bar aurait pu sauver quoi que ce soit de ce monde croulant. Je trouve aussi qu'un grave oubli a été fait: celui du rôle unique et incontestable, depuis la fondation du monde, des caniches à mémdères.
    Share this post

  6. #6
    Avatar de T4l3T3ll3r Petit nouveau
    Inscrit
    décembre 2007
    Messages
    14
    Chapitre I?) L'aube des morts

    La paix aurait pu régner entre le chat-garou, le tenancier, le Pokémon endurci et pervers, et les autres clients.






    Mais un client louche, introduisit des mÅ“urs étranges ; ses paroles étaient lubriques, et il n'hésitait pas à dévoiler sa nudité immonde. Son nom était Dniepr. Justement révolté par tant d'impudence dans le Happy Bar, ce temple du renouveau, Lyrendil, le pokémon, projeta sur le blasphémateur désarmé et dénudé, désarticulé par une danse étrange, un macaroni dans son Å“il vitreux.






    Le coup fut fort heureusement fatal. Mais le Garfield le récussita malencontreusement sous la forme d'un zombi ;






    il continua après sa mort ses danses obscènes et fit régner le chaos et le non sens dans le bar, par des bruits abjects, des insanités... Qui rétablirait la discipline ?
    Le bar était menacé de devenir un dépotoir de narcoses et de nécroses. Que firent les gérants incompétents contre ce chaos envahissant ? Rien !
    Dniepr s'installa. Pire il fut favorisé par des clients infréquentables, et un certain Gaara dévoila sa virilité obscène sous les huées et les macaronis.







    Il y a eu des orgies de Pokémon et de nouilles tueuses, je n'ose même pas dire l'usage qui fut fait des uns et des autres.
    Heureusement un poète seul, le sublime Ramoran, contre ce chaos terrifiant, osa affirmer les règles de la bonne métrique.







    Si la morale, la logique, la raison, la pudeur, et l'honnêteté sont perdues, l'alexandrin demeure.



    Share this post

  7. #7
    Avatar de Armestat Membre illustre des forums
    Inscrit
    janvier 2003
    Messages
    8 462
    Voilà, tu as cité Ramoran dans ton histoire. Il va être tout doux maintenant.

    Mais sinon, qui es tu? Sois tu lis le HS depuis pas mal de temps sans participer et tu mérites une baffe sur la couille pour ne pas avoir payé ta lecture de blagues fines et fraiches assez régulièrement pour nourrir le chat, soit tu es un double compte.
    Share this post

  8. #8
    Avatar de GrandPapaMagie Présent depuis le Big Bang
    Inscrit
    août 2002
    Messages
    9 570
    Je te parie que c'est le double compte d'un non-factor.
    Go pex your post count noob!
    Share this post

  9. #9
    Avatar de T4l3T3ll3r Petit nouveau
    Inscrit
    décembre 2007
    Messages
    14
    Comme ça ne vous plait pas j'en remets une couche...

    Chapitre II) L'océan des naufrages



    La situation était aussi désespérée qu'un cas ; Dniepr, le seigneur des ombres, restait dans sa crypte... indélogeable.
    Il osa faire venir des profondeurs de la cave poussiéreuse une petite tarentule qu'il nomma affectueusement « Gudule »... elle était destinée à se promener gracile dans le bar, en répandant dans l'air la mort et le poison ; elle exécutait des danses macabres, et réussissait fort bien à imiter les gestes bizarres de son maître.
    Au lieu d'épargner cette redoutable infection, le propriétaire du bar laissa négligemment de l'absinthe dont la bête s'empara.
    Des clients bien inspirés comme Barthez Coz écrasaient ces pestilences à 8 ou 7 pattes, selon, mais elles revenaient toujours aussi empoisonnées et velues.







    L'air devint si malsain qu'on prit l'habitude de faire des orgies, et l'âme du poète fut corrompue, un peu comme si Orphée, en descendant aux enfers et trouvant l'endroit charmant, n'avait jamais voulu remonter.
    Que fallait-il faire ? Fuir ! Bien loin !
    Mais l'air de la mort envoûte et retient.... Seul le Solitaire dès son arrivée affirma la nécessité de ne pas rester :
    « Oulà, je reste pas !
    C'est malsain ici »
    Hélas le solitaire resta seul.

    Pire, un débauché criminel, sexuellement attiré par les trollesses et les ogresses, alléché par l'odeur fétide, entra dans cette danse infecte, et se mit à boire démesurément.
    Arkanne dans un élan de lucidité, qu'il faut d'autant plus souligner que ce genre d'élan n'est pas fréquent chez le chat dérangé, se dit qu'il fallait cesser toute corruption, et versa du poison dans le verre de Necron (ainsi se nommait cet être déplorable) afin que le monde par la mort de celui qui en concentrait toutes les pestilences, fût enfin purifié. Mais c'était en vain, car l'organisme de Necron était déjà si corrompu, que le poison de gudule loin de le tuer, le mit dans une extase étrange, comme si la proximité de la mort exaltait en lui une énergie sombre.
    C'est ainsi que naquit la glorieuse spécialité du Happy bar. Ce venin, déforma horriblement les clients, de manière hélas très régulière.
    Les illustrateurs tentent comme ils peuvent de suivre ces métamorphoses, et cela explique partiellement les incohérences frappantes dans la représentation des personnages.
    Quelques mauvaises langues, diront que le gudule a surtout déformé le regard des dessinateurs, au point qu'ils ne voient guère que les produits fantasques de leurs cerveaux malades. Les gens sont je trouve trop malveillants pour nos braves illustrateurs qui font ce qu'ils peuvent après tout.
    Le bar s'alourdissait ainsi d'un nouveau boulet, après quoi fort logiquement, il y eut une boulette, une infirmière (Malkeeja) qui faisait la serpillière avec ses chaussettes différentes, en baragouinant des mots d'une langue étrange.







    Nous vous prions d'excuser nos pauvres illustrateurs, qui font intervenir ici un personnage qui n'a pas lieu d'être. Ils ont trop bu, ils ont été battus pendant leur enfance, on les a trop privés de lasagnes, ils sont très malheureux. Ayez donc pitié.

    Par ailleurs Nécron faisait aboyer ses chiens pour faire fuir les clients honnêtes, n'hésitait pas à les charcuter pour des riens, se permettaient de constituer illégalement une réserve personnelle énorme de venin de gudule, ce qui ne manquait pas de causer un désastre écologique : les bêtes de Dniepr surexploitées à cause de l'avidité du criminel, s'étaient transformées en usine qui ne produit que des déchets toxiques. Pendant ses moments de détente, il se battait toujours avec Oni-K, pleine de fougue et de jeunesse, qui avait facilement raison du cet ancestral meurtrier.







    Pour se consoler de cette infériorité criante, il prit un disciple, qu'il dressait et formait soigneusement, en l'humiliant et en le torturant, car, en bon professeur, il avait bien compris les préceptes de l'IUFM (Institut d'Uniformisation par un Franc Matraquage).
    Ce disciple, appelé Edroym, parce que son père avait fait fortune dans la production d'édredons, fut une cellule cancéreuse de plus dans cette joyeuse tumeur, gonflée énorme, qui était destinée à tout rajeunir, et ôter les varices des taties du forum, par des voies qui restaient encore impénétrables pour le commun des mortels.
    En acceptant d'être le souffre-douleur du vieux Nécron, il se donnait le droit d'infliger à l'humanité le traitement qu'il méritait (car nous devons bien concéder ceci aux assassins, que la seule injustice en ce monde, consiste à laisser la vie sauve aux gens)...
    Il appliqua les leçons du maître avec une délectation horrifiante...
    Le cancer se portait bien.
    Il fallait partir, vraiment !
    L'obscène Gaara eut justement l'idée de s'embarquer dans les vastes mers... tout le monde était prêt de faire une cure, loin des méfaits et des corruptions de la société de consommation, et des dépendances narcotiques... tous avaient un idéal sublime... Nous le passerons sous silence.
    Mais alors que tous, débordants d'enthousiasme, comme une bassine qui tente vainement de contenir l'inondation de la voisine du dessus, préparaient leur fuite, Arkanne par sa surconsommation de gudule, et ses prédispositions garfieldiennes, eut une Révélation en voyant les diverses tranches de son lasagne... la vie c'était pareil ! C'était plusieurs couches, tomate crème, pâte viande etc... et elle voyait à travers... elle mangeait d'avance... elle était une pythie ! Elle en fut tant bouleversée qu'elle mangea plusieurs lasagnes sur le coup, et elle digéra ainsi toute la complexité du monde.
    Mais ce qu'elle rendit ressemblait à de la bouillie pour chats !
    Hélas en vain la prophétie des lasagnes !
    Heureusement le métronome des poètes sut redonner une forme à cette bouillie...Il devint prêtre... Et que prédisait la vision ? Le naufrage épouvantable !







    Et comme ces prophéties sombres ne suffisaient pas, le navire fut envahi par les ponettes.
    C'en était trop, la fuite par les mers devenait impossible.








    Pire : avant le départ du navire, à l'occasion d'une soirée masquée, une pimpante niaise nommée Sarah vint encore, comme si ça ne suffisait pas, baisser le niveau déjà calamiteux de l'intellect ambiant. Dans cette soirée, une seule lumière, s'alluma, frêle et trébuchante. Sur cette faible lueur reposait l'unique espoir du salut de l'humanité. Mais je crois que jusqu'ici elle n'a jamais rien éclairé d'autre que les inintéressantes turpitudes qui font l'objet de cette histoire. Mais on garde espoir. Un jour mon lampadaire viendra. Il me dira pourquoi tout ça. En attendant, avec cette servile princesse, c'était le sentiment humain qui sombrait, et toute la conscience... D'ailleurs, on eut tôt fait de l'enfermer dans la crypte pour être la proie du zombi.

    Le monde du happy était une vaste catastrophe, mais sachant que le navire était promis au plus cruel naufrage, on resta prudemment sur terre, en accélérant le fatal processus de gudulisation.
    Share this post

  10. #10
    Avatar de Ramoran Membre illustre des forums
    Inscrit
    janvier 2005
    Messages
    7 248
    Armestat a raison, c'est mieux quand ils parlent de moi.
    Share this post