PDA

Afficher la version complète : résistance du P-47 dans le jeu



rafalespirale
19/08/2011, 15h09
Je cherche à me renseigner sur la résistance du P47 D (-27, de préférence, puisque il a la "goutte", désolé pour le jeu de mots stupide, je suis incapable de ne jamais en faire http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/whistling.gif).
J'ai testé dans le jeu 4.10.1m stock, en solo contre l'IA, face à des avions jusqu'ici armés de canons (principalement un Bf109 mi-guerre), le combat a tourné court au niveau maniabilité et performances, vous vous doutez bien que mon P-47 se prenait un vent de force 4 au moins, quant à l'agilité face au Bf109. Mais là n'est pas la question, encore que, j'ai ma petite idée là-dessus...
Il est vrai que mon P47 a un peu encaissé avant de succomber sous le poids du Bf109 - faut bien la faire un peu épique... - mais je trouve qu'il n'a pas tenu bien longtemps, par rapport à la résistance décrite sur Wikipédia (pour avoir une idée de celle du P47 considérée "unanimement" réelle) et celle annoncée comme "avantage" par un comparateur assez utilisé, j'ai nommé Hardball v4.08m (pour le P-47 du jeu, en stock donc).
Alors quid ? Puis-je arriver à le maîtriser en tant que (pseudo, ça peut me contenter, vu les victoires qu'ont obtenu des as dessus en l'utilisant comme)"chasseur" "dur à cuire" (tel qu'il est décrit dans Hardball d'ailleurs) qui est le rôle pour lequel il me serait bien utile, ou "marchandise trop vantée perd-t-elle de sa qualité" et ainsi dois-je l'abandonner parce qu'il n'est plus que jabo ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/icon_question.gif

GCIII-6_Hartenstein
20/08/2011, 06h16
Pour répondre à ta question, je me suis fait quelques tests avec divers chasseurs allemands et un P47D-27 en IA, dans le but d'essayer un peu tous les calibres sur cette cruche. Et il faut dire que je trouve l'engin plutôt conforme à la réalité!

Les mitrailleuses de capot MG17 de 7,92mm sont complètement inutiles, il ne prend pas une égratignure (ce qui n'est pas très étonnant, ce genre d'arme ne faisant plus grand mal sur des appareils de fin de guerre).

Les mitrailleuses MG131/13 de 13mm font plus mal, mais il a fallu plusieurs rafales pour commencer à endommager un morceau d'aile (situation périlleuse en combat aérien, où il faut donc poursuivre durablement sa cible pour lui mettre toutes ces rafales, ce qui permet à un aillier de se placer tranquillou derrière moi).

Le canon MG151/20 de 20mm peut endommager dès le premier impact, mais il faut plusieurs rafales au but au même endroit pour l'abattre (ou une longue, mais la possibilité d'en placer une longue est très limitée en combat aérien, sauf overshooting).

Le canon MK108 de 30mm endommage gravement le P47 avec un coup au but... Mais le P47 est le seul à pouvoir continuer à voler après un coup direct de ce calibre! Bon, OK, il sera bien endommagé, mais il n'y aura pas de quoi l'abattre s'il n'était pas déjà endommagé auparavant.

Je n'ai pas essayé le MK103 de 30mm dessus, mais je m'attend à des résultats à peu près équivalent à du MK108 avec ce type d'arme.

rafalespirale
20/08/2011, 07h29
J'ai refait aussi un essai hier soir (en UP3 RC4), en sens inverse : dans un P-47 contre un Bf109 G2 tout d'abord (la tendance est à la confirmation du résultat de tes tests pour les mitrailleuses légères et les 13mm) puis contre un Bf109 K-4 (idem, j'ai pris cher avec le canon, mais malgré le fait que j'étais alors une passoire volante ça volait encore !).
En revanche, là où je n'ai pas bien compris, c'est quand des Fw-190 A-3 de 1942 que j'avais mis aussi contre en IA (donc aidant les G2 puis les K4) m'ont fumé au canon, alors qu'ils devaient avoir plus ou moins les mêmes "pétards" (mouillés ???) que le G2 (millésime équivalent il me semble, sauf le MG-FF, même si je ne suis pas vraiment expert en armement allemand et Focke Wulf...)
Je pense que je vais faire un essai comme toi en teuton contre des Thunderbolt, et je devrais en arriver aux mêmes conclusions qui me semblent fort justes si l'on se place dans le P-47.

rafalespirale
20/08/2011, 14h35
Bon, effectivement, avec une monture allemande de fin de guerre, les P-47 morflent mais résistent tout de même plus longtemps que de vulgaires avions de chasse... Sauf pour le moteur visiblement, j'en ai eu un en une courte rafale de munitions combinées, touchant au centre et vers l'arrière, et il s'est enflammé instantanément. En continuant à canarder le gars de l'IA (qui était plus que mort d'ailleurs mais je ne le savais pas dans le feu de l'action, insuffisante la protection latérale et sublatérale gauche de la verrière...), il n'y avait pas beaucoup de gros trous comme ça aurait été le cas avec des chasseurs moins "corpulents"... Tout juste des petits trous alors que mon "calibre" aurait fait barrir même un gars ne ressentant pas la douleur...

GCIII-6_Hartenstein
21/08/2011, 07h59
Comment ça, "moteur fragile"???

J'ai collé une bonne rafale de 2x MG151/20 (sur FW190D9) en passe frontale dans le moulin d'un P47 lors de mes essais, le bestiau n'a fait que fumer légèrement gris!

Bon, je reconnais quand même que les moteurs US ont tendance à se couper quand ils prennent de bonnes rafales, mais faire flamber le bouzin en une rafale, c'est exceptionnel!

Sinon, tout juste pour l'armement du FW190A3: 2 MG17 de 7,92mm dans le capot, 2 MG151/20 de 20mm dans l'emplanture des ailes et 2 MG/FF de 20mm au milieu des ailes.

rafalespirale
21/08/2011, 16h11
Je suis allé un peu trop vite en écriture, et évidemment, tête en l'air que je suis, je ne m'en suis pas aperçu... Heureusement que tu es là Harty. Ce n'est pas le moteur que j'ai touché, c'est le réservoir... qui s'est mis instantanément à flamber, ça c'est sûr et certain. Le moteur est bien à l'avant, je te rassure... et puis lui aussi il est solide. Je n'ai pas pu tester mon habituelle première passe en frontal, mais je te crois sur parole, au vu de la qualité du reste et de sa capacité à encaisser (sauf pour le réservoir, qui est malheureusement dessous, et qui en a pris plein avec l'angle vertical de tir).

reme7
21/08/2011, 17h24
Salut
Moi ce que trouve bizard c'est les mitrailleuse ricaine , je les trouve ridicule comparé au même calibre allemand et le fait qu'il n'y est pas plus gros sur le P-47 est très gênant (de meme pour le p-51 que je trouve dessevant sur il-2 comparai a ce que l'ont peut en entendre dans les témoignage a part le dernier rajouté part l'up 3)

rafalespirale
22/08/2011, 05h45
Salut http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/happy.gif
Les mitrailleuses du P-47, en soi, sont loin d'être inefficaces, à défaut d'être bizarres. J'ai touché quelques fois des avions à 500m sans trop de manoeuvres alors que ma convergence était réglée sur 300 ou moins.
Je pense donc que, même bizarres par rapport au calibre allemand équivalent (ce doit être le 12,7 mm des MG151), la puissance de feu du P-47 grâce à ses M2 est assez forte, quoique mal et sous-modélisée dans le jeu (elle pourrait donc être plus forte pour "coller" à la réalité). Mais ça c'est un autre problème. En revanche, pour le P-51, je trouve aussi que les (pourtant) 6 mitrailleuses, de même calibre qui plus est, font manquer l'avion de puissance de feu.

GCIII-6_Hartenstein
22/08/2011, 14h50
Les avantages de la mitrailleuse MG131/13 de 13mm allemande (la MG151, c'est le canon de 15 ou de 20mm à tir rapide) sont les inconvénients de la M2 américaine et vice versa.

La M2 de 12,7mm est une mitrailleuse à la cadence de tir lente (750 coups par minutes seulement, soit la mitrailleuse lourde de l'époque la moins rapide), mais qui a l'énorme avantage de tirer des projectiles lourds (d'environ 43g) à une vitesse de 880m/s. Cela signifie que le projectile lourd est doté d'une inertie qui peut permettre de mettre au but plus loin, en faisant plus de dégât à l'impact. Le souci, c'est que la cadence de tir étant faible, l'appareil ennemi visé peut plus facilement passer entre deux balles.

La MG131/13 de 13mm allemande, c'est l'inverse: bonne cadence de tir (900 coups par minutes), mais projectile moins lourd (environ 36g) propulsés à seulement 730m/s. Cette mitrailleuse mettra donc plus de balles au but en une rafale, mais pour faire des dégâts moindre qu'un projectile de M2 à chaque impact.

Après, l'énorme avantage de l'armement allemand, c'est qu'il se trouve essentiellement dans le nez, ce qui facilite grandement la visée et permet de ne pas se soucier de l'angle de convergence des armes.
Mais en tant que cible régulière des appareils US dans Il2, je peux vous confirmer qu'une rafale de M2 bien placée fait horriblement mal à un appareil (j'ai le souvenir d'un combat très épique pilote contre pilote, moi en Bf109G14, lui en P51D5, en radada, avec des passages d'un dizième de seconde dans le collimateur l'un de l'autre... Il m'a eu d'une très courte rafale réflexe, direct dans le moteur, après avoir échappé à une de mes rafales de 30mm où il est passé miraculeusement entre deux obus!).

Après, pour ce qui est des appareils de l'USAAF, il faut se souvenir que l'image que nous en avons de leurs missions les plus spectaculaires est biaisée. On voit souvent les P47 et P51 à l'aise en radada à tout mitrailler, à tout faire sauter... Sauf qu'on oublie souvent que ces appareils ont été conçus comme appareils d'escorte de bombardiers à haute altitude et que, par conséquent, les performances de ces appareils au ras du sol n'étaient pas les meilleures. De même, la philosophie de ces appareils est toute entière orientée vers le combat en boom and zoom. la maniabilité était sacrifiée à la puissance moteur.
Un P47D, d'ailleurs, était clairement inférieur en performance en dessous de 5000m par rapport au FW190A5 qui lui était antérieur d'une bonne année dans la conception et ne le surpassait en altitude que de 25 petits kilomètres/H. Son affectation au rôle d'attaque au sol était dû à sa capacité d'emport et à sa très grande robustesse, ce qui en faisait un des rares appareils alliés à pouvoir se frotter à la dangereuse Flak allemande sans trop devoir laisser de plumes.

Pour le P51, l'appareil est un monstre de vitesse qui pouvait laisser sur place les appareils allemands à période de conception égale à toutes les altitudes, bien qu'il était fragile (notamment au niveau du moteur et du circuit de refroidissement). Son gros manque de maniabilité lui interdit par contre formellement tout combat tournoyant. Sa tactique de combat, boom and zoom pur et dur, est difficile à maîtriser, mais a permis de faire les meilleurs as de l'USAAF. Dans Il2, l'avion ne manque pas à ce qu'il était: très rapide et nerveux, comme un mustang (il n'a pas ce nom pour rien!).

Les P51, comme tous les appareils alliés de la fin de la guerre, ont par contre été largement écrasés par les dernières générations de chasseurs allemands, tels que les FW190D9, le Do335 ou les Ta152 (heureusement sortis en trop petit nombre et trop tard). L'anecdote est d'ailleurs célèbre: les FW190D9 écrasaient tellement en performances la chasse alliée que les pilotes US qui se prenaient des déculottées face à des Bf109G ou à des FW190A prétendaient être tombés sur une formation de FW190D9 pour expliquer les grosses pertes. Le bonheur des alliés dans ces derniers mois de guerre étaient que l'Allemagne n'était plus capable de former des pilotes de qualité pour piloter ces petites merveilles et que l'essence manquait cruellement.

scapin51
27/08/2011, 16h28
salut l'escadrille, http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/crosscrusher.gif

j'me mêle de vot' débat, pour ce que je sais sur s'taffaire http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/blush.gif

Le p-47 aurait eu ses grandes heures en tant que chasseur bombardier,preuve d'une certaine robustesse il aurait déçu comme chasseur pur, mais les pilotes allemands lui reconnaissaient sa résistance aux coups. je ne l'ai pas essayé, mais il parait que c'est un monstre de puissance, et que la grimpette avec le 190 ne lui fait pas peur.En combat il faudrait donc "tirer et déguerpir" et tout miser sur sa puissance au lieu de faire l'acrobate.Faut essayer contre un 262? Il faut lui reconnaitre on incroyable capacité d'effectuer une escorte sur un millier de kilomètres et de rentrer en faisant du ratata. En plus d'être un avion de combat, il devait être suffisament confortable. moi ça m'épate, chapeau bas pour les pilotes http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/panneau011.png

Ses huit pétoires (en plus du reste) devaient faire du dégat contre des convois ou les trains. Perso, j'adore le système américain qui "arrose sévère" .Je souffre avec les russes, ou le 109, j'ai du mal à me déflecté, les yankees, ils ratissent large, tu peux être bigleux, y'en a toujours deux ou trois qui vont au but, et puis c'est joli a regarder, y'sont fortiches, y'peuvent pas s'empecher de faire dans le spectacle

si j'ai bien entravé l'histoire, nous avons là deux concepts qui s'opposèrent à l'exemple de l'armement des chasseurs allemands: Molders vs Galland, le premier favorable à la précision et au tir groupé (ceci dit un tantinet élitiste sur les bord)et le concept Galland, plus pragmatique, misant sur la puissance de feu et un tir plus large. Dans le premier cas on a le 109 à partir de la version F, et pour le second, le FW 190 (qui est une véritable psychose pour moi, j'comprend les gars de la RAF en 1941)?

on retrouverai ça de nos jours avec les zincs américains et le gattling, très forte cadence de tir, et les Français avec les deux canons de plus gros calibre mais moins rapide?

rafalespirale
27/08/2011, 19h18
Message original par scapin51:
salut l'escadrille, http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/crosscrusher.gif

j'me mêle de vot' débat, pour ce que je sais sur s'taffaire http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/blush.gif
Plus on est de fous, plus on rigole http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png Bienvenue au club


je ne l'ai pas essayé, mais il parait que c'est un monstre de puissance, et que la grimpette avec le 190 ne lui fait pas peur.
En combat il faudrait donc "tirer et déguerpir" et tout miser sur sa puissance au lieu de faire l'acrobate.Faut essayer contre un 262?

Contre un FW-190 ? Ben y a de quoi se faire tracer avec les derniers Dora... Contre des 262, j'éviterais le P47, à moins de vouloir finir en steak haché, voire assister à ma crémation en direct. La puissance de feu c'est bien, l'encaissement c'est bien aussi, j'aurais juste aimé un petit surcroît de puissance moteur tout court, parce que ça s'essoufle face aux lièvres.


En plus d'être un avion de combat pas vraiment de combat, c'est plus une "deuche" façe aux chasseurs de fin de guerre, mais il a d'autres atouts


chapeau bas pour les pilotes http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/panneau011.png
mais de rien, je te suis reconnaissant d'apprécier ma souffrance quand on me canarde http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png


on retrouverai ça de nos jours avec les zincs américains et le gattling, très forte cadence de tir, et les Français avec les deux canons de plus gros calibre mais moins rapide?
En gros c'est ça, tout dépend du calibre et du canon, nous on est au 30mm si je ne m'abuse, mais les deux DEFA, ça c'était jusqu'au 2000. Les Américains sont abonnés au 20mm, les Russes sont aussi au 30mm. Avec le A-10 américain (le plus gros "calibre" aviateur au monde, mais aussi un des plus polémiques apparemment), vaut mieux s'écarter du chemin, parce que tu peux numéroter tes abattis sinon, et les faire examiner au microscope. 'Pas pour rien si l'A-10 a pour surnom Thunderbolt II ("fiston" du P-47) ou "Warthog"...

GCIII-6_Hartenstein
28/08/2011, 06h43
Niveau grimpette, l'avantage est effectivement au FW190, sauf sur le A8 qui rend la main au P47D-27.

Il est clair que le P47D n'était plus un chasseur dans le coup dans les derniers mois de la guerre, et l'USAAF le savait bien en le retirant dès juillet 1944 de la 8th Air Force qui était avant tout chargée de la protection des bombardiers, pour le reverser à la 9th Air Force, chargée de l'appui tactique.

La dernière version importante, le P47M, était doté d'un nouveau moteur (P&W R2800-57C de 2800ch) et d'un nouveau turbocompresseur CH-5 qui lui permettait de retrouver certaines performances, mais ces équipements nouveaux manquaient de fiabilité (notamment le moteur, le R2800-57C avait atteint les limites de cette lignée de moteur). Les P47M furent dès lors surtout utilisés pour la chasse au V1, au dessus de l'Angleterre, à partir de janvier 1945.

scapin51
28/08/2011, 17h33
bah, le P47 face au 262, c'est jouable, le pb, c'est que c'est long, ils s'en sont globalement pas trop mal tirés face aux appareils à réaction.
les appareils n'ont pas été pensés pour la même chose. Si les 190 avaient été conçus pour couvrir des distances égales à celles du P47, sans doute auraient ils été un peu plus patauds. Dans des missions analogues sur l'angleterre, ils ne furent d'aucune efficacité en dehors de tuer des civils lors de raids que l'on pouraient qualifier de "terroristes" et afin de propagande qui coutèrent fort chère à la Luftwaffe. excellents au dessus du champ de bataille, mais les P47 et P51 ont amené la bataille au dessus de Berlin et l'on gagné, et ce en tenant compte que les derniers mois de la guerre furent les plus âpres si l'on en crois Cloclo et consord, puisque seuls des pilotes chevronés pouvaient voler chez les Allemands, et pour un très grand nombre, finir au tapis.

Par contre, c'est sûr qu'il est honteux d'avoir envoyé des P 51 faire du radada, surtout que les alliés ne manquaient pas d'appareils pour ce faire. Pauvres pilotes...

le Do 335 était plus performant? mais il devait servir à quoi ce truc? Je me pose toujours la question lorsque je le regarde... En dehors d'avoir pris la poudre d'escampette lors de sa rencontre avec Closterman, je n'ai pas lu grand' chose le concernant. Le Ta 152 a l'air un peu encombrant avec ses grandes ailes, pas essayé non plus celui là.

rafalespirale
29/08/2011, 05h20
Pour en revenir au P-47, ce n'est pas un mauvais bougre, mais c'est sa vulnérabilité qui entraîne l'obligation d'une certaine résistance qui est problématique. Je pense que la plupart des P-47 ayant obtenu des victoires, surtout par grand nombre (Gabreski par exemple), faisait le coup de feu contre des appareils dépassés voire obsolètes, notamment dans le Pacifique, ou avaient des pilotes vraiment très expérimentés pour compenser ses désavantages.

Mais contre les Me262, il me semble que son seul atout soit une certaine manoeuvrabilité (sic !) car le Me262 est assez lourd lui aussi et se laisse souvent emporter par sa vitesse, dans les virages c'est criant.
Autrement, le Me262 ne fait qu'une bouchée du P-47, et comment... Ses 4 canons de 30mm font mal, très mal (un ou deux obus te désintègrent un bomber, j'ai testé, je confirme s'il en était besoin), et tu aurais vite fait, Scapin, de te retrouver en charpie, parce que le P-47 encaissera un peu (beaucoup plus que d'autres avions mais à l'échelle et dans le rapport de force, seulement un peu) mais tu ne tiendras pas longtemps le "gunfire assault", pour la faire à la new-yorkaise http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png. Même les mites ne font pas d'aussi gros trous, quant à la vitesse de formation de trous, il n'y a pas photo...

scapin51
29/08/2011, 09h52
Sûr qu'il ne faut pas se trouver devant son nez, mais bon, le premier qui a vu l'autre peut dégager et zouuu, tu laisses filer. c'est pour ça que ça peut durer longtemps, faut attendre qu'il vire pas trop loin, ou qu'il accepte l'engagement serré, où l'équilibre relatif s'établi, plus facile sur IL-2 qu'en réalité sans doute.

je te trouve duraille avec les yankee. Leurs adversaires, bien qu'ils aient servi un régime honni par l'Histoire, leur ont toujours reconnu un grand professionnalisme, l'excellence de leur formation initiale,comme ils le firent pour les Anglais, même pour les Soviétiques. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. En 1945, c'est le must de la Luftwaffe qui vole dans le ciel allemand.

Gabreski a peut être rencontré son appareil, comme hartmann et marseille le 109, Nowotny le 190,en 14 Reichtoffen le DR1, qui n'était pas un avion qui avait la faveur des pilotes. faut lire Closterman quand il décrit le Spit: Il en parle comme d'une fille qu'il aime.

Question obsolescence, les japonais tout comme les Allemands ont eu leur compte a leur tour: Des Buffalos et des Hurricanes, des Wildcats pour le Zeke, des Il-16, I 153 ou Ms406 pour les Allemands. Les wildcats sortiront vainqueurs de Midway et Guadalcanal, les Hurricanes de la bataille d'Angleterre, parce que ces gars là ont réfléchi. Comme toutes les guerres, la Seconde guerre Mondiale ne manque pas à la règle: C'est d'abord une guerre de l'intelligence.

GCIII-6_Hartenstein
29/08/2011, 14h06
Pour les derniers mois de la Luftwaffe, les allemands essayaient de mettre tout ce qu'ils pouvaient en l'air, et même s'ils étaient effectivement privilégiés sur les dotations, les experten se faisaient maintenant rares (essentiellement concentrés dans certaines unités telles que le JG26, la JG52, la JV44 ou la JG7, pour ne citer que quelques exemples). Clostermann décrivait dans le Grand Cirque les pilotes allemands de la fin de guerre, composés de nombreux jeunes pilotes ayant moins de 10H de vol sur chasseur avant de se faire mettre au tapis. Ces pilotes, bien que dotés de matériels derniers cris, se feront étrillés par les pilotes US et britanniques, qui avaient effectivement un meilleur entrainement.
Par contre, pour les pilotes russes, si le niveau commençait à s'élever et que de très bons pilotes se démarquaient, c'est surtout la supériorité numérique et un matériel qui rivalisait enfin avec les appareils allemands qui permettaient d'obtenir des succès.

Sur la conception des avions, il est clair que l'important poids que constituait l'emport en carburant des P47 et P51 handicapait sérieusement leurs capacités en manœuvrabilité, mais en faisaient d'excellents piqueurs (ce qui sert beaucoup pour le Boom & Zoom). L'aviation allemande répondait à une conception avant tout tactique, avec des bases proches des théâtre d'opérations, et n'a jamais su sortir de cette conception (de toute façon, avec l'avancée de la guerre, et les combats sur le sol allemand, il n'y avait plus forcément besoin d'appareils à long rayon d'action). Un FW190D9 n'avait qu'environ 850Km de rayon d'action (ce qui représentait déjà 300Km de plus qu'un Bf109K4!), là où un P47 pouvait parcourir plus de 3000Km à l'aise.

Le Do335, lui, avait la même logique que le Me262: c'était un chasseur lourd rapide destiné à casser du bombardier, tâche première d'un chasseur. Il grimpait vite, accélérait bien et disposait d'un armement lourd qui pulvérisait d'un bombardier lourd en une seule passe (MG151/20 et MK103). Il était à l'essai durant les derniers mois de la guerre, et n'a pas été construits en série, l'appareil que Clostermann a rencontré devait être un appareil de la pré-série A-0, que les allemands n'avaient pas forcément envie de voir tomber entre les mains des alliés, d'où la rupture de combat. Si l'appareil était globalement réussi dans son genre, je pense qu'il constituait surtout une folie pour l'industrie allemande de fin de guerre car il requérait plus de matériaux stratégiques que pour produire trois Bf109K ou deux FW190D9, à un moment où l'Allemagne en manquait cruellement.

Le Ta152 est un chasseur de haute altitude destiné à mettre fin à la suprématie US dans les hautes altitudes (le P51 et le P47 l'ont conservé jusqu'à l'arrivée des FW190D9, mais celui-ci ne prenait l'avantage que pour une petite quinzaine de kilomètre/H de vitesse max de plus qu'un P51D20). Le Ta152, lui, mettait plus de 60Km/H dans la vue d'un P51D à 9000m, tout en étant plus agile grâce à ses grandes plumes. Encore une très belle conception allemande de fin de guerre, mais, comme pour les autres, arrivé trop tard, à un moment où la partie était jouée (le Ta152H1 connaîtra une courte mise en service opérationnelle d'un mois et demi, au sein de la JG301).

Pour ce qui est du P47 sur le front Pacifique, la domination était encore une fois celle de la vitesse. Les appareils japonais avaient des moteurs assez peu puissants par rapport aux appareils occidentaux, et les nouvelles générations de moteurs, tel que le Nakajima Homare, ne sont arrivés que courant 1944. Les appareils japonais étaient aussi fragiles jusqu'à l'arrivée des J2M, Ki84 et autres N1K de fin de guerre, ce qui leur interdisaient les piqués prolongés, dont raffole le P47.

Enfin, Scapin conclu bien à mon sens son post: ce qui a fait le talent des as, ce n'est pas seulement les capacités de leurs machines, c'était leur façon de savoir les maîtriser, de les connaître sur le bout des doigts pour en tirer le meilleur parti (et le fait également d'avoir un sacré paquet de chance aussi, rares sont les as à ne pas s'être fait abattre au moins une fois).

rafalespirale
29/08/2011, 14h43
Ton éclairage me va en tout point, Harty. D'une manière générale et en résumé, le P-47 a du mal à tenir très longtemps la cadence dans certains domaines face aux avions de fin de guerre sur le théâtre européen et aussi, plus près de nous, face à des pilotes de "moyennement" (dans le sens de lambda, dans la moyenne) compétents à très compétents. Mais on peut jouer sur l'esquive et l'encaisse, sauf à aller provoquer trop gros poisson (ou tomber dessus, la riposte pouvant être foudroyante)...