PDA

Afficher la version complète : Biographies des personnages d'ACB



Miss-Daft
16/11/2010, 14h40
A quelques jours, (pour les plus malchanceux, sur consoles) de la sortie d’ACB, j’ai décidé de vous rappeler un peu la vie de quelques personnages, pas choisis au hasard : Cesar et Lucrezia Borgia, et un peu de Machiavel. Et Caterina Sforza, si vous en voulez encore. Oui oui, je suis généreuse moi...

Commençons donc par le big méchant, j'ai nommé...

Cesar Borgia : né le 13 septembre 1475 à Rome, et mort le 12 mars 1507 à Vianna, en Navarre, dans le pays d’Espagne (mais vous le saviez, j’en suis sûre http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png).

Notre cher ami possède de nombreux titres : duc de Valentinois et de Romagne, prince d’Andria et de Venafro, comte de Diols, seigneur de Piombino, Camerino et Urbino, gonfalonier et capitaine général de l’Eglise, condottiere, cardinal.
Bref, c’est quelqu’un.

Il a de nombreux frères et sœurs, dont Lucrezia Borgia, mais nous en parlerons plus tard.

J’ai envie de vous passer sa jeunesse de manières très rapides : son père, Rodrigo (ou Alexandre VI, son nom de pape) le destine à une carrière religieuse. Cependant, le meurtre de son frère aîné, retrouvé poignardé dans le Tibre, le fait abandonner la voie du clergé. L’histoire ne dit pas si c’est bel et bien Cesar qui l’aurait tué, même si les raisons politiques et/ou sentimentales (la femme de son frère était sa maîtresse) sont présentes, la vérité semble tout autre. Quoiqu’il en soit, Cesar se retrouve donc dans la carrière militaire qu’il rêvait.

Passons aux choses plus intéressantes : en 1499, la deuxième guerre d’Italie est lancée. Cesar est déclaré gonfalonier de l’Armée des clefs (l’armée papale). A ses ordres, des mercenaires italiens et des régiments suisses, via le roi de France (les chiffres sont apparemment de 4000 fantassins et 300 cavaliers). Cette guerre vise à virer les dirigeants des États pontificaux, car ils se considéraient indépendants (version simplifiée). Mais, devinez qui lui tient tête dans cette histoire ?
Caterina Sforza, bien sûr ! Ceci dit, le 9 mars 1499, elle est vaincue, et Imola et Forli tombe sous le joug des Borgia. Et la campagne continua, dans la victoire de Cesar.

En juin 1502, Florence commence à prendre peur. La ville envoie donc deux émissaires : le cardinal Soderini et… Machiavel ! Mais nous en reparlerons plus tard, également.
Louis XII parvient à convaincre Cesar de ne pas attaquer Florence, celui-ci se tourne vers d’autres conquêtes (Bologne, notamment). De là, il est au sommet de sa puissance.

Mais pas pour toujours. Son père, meurt, vraisemblablement empoissonné le 18 août 1503. A partir de là, les choses se compliquent. Le pape Pie III, qui était neutre, meurt un mois après son élection, et c’est Giuliano della Rovere qui prend sa suite, sous le nom de Jules II. Il est un ennemi farouche des Borgia. Jules II va démembrer le domaine de Cesar alors que celui-ci s’est fait capturé par Gian Paolo Baglioni (ne doutez pas que le pape y est pour quelque chose... http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/sweatingbullets.gif).
En 1504, Cesar est « offert » au roi d’Espagne contre qui il a lutté avec Louis XII. Il s’évade, et se met au service de son beau-frère. Il meurt à l’âge de 31 ans, au cours du siège de Viana.

Bien, comme je vous l’avez sûrement remarqué, j’ai parlé de Machiavel.
En effet, celui-ci reste auprès de Cesar quelques temps, de la fin de l’an 1502, au début de l’an 1503. Machiavel, qui a écrit « Il Principe » (Le Prince), utilise énormément Cesar comme modèle. Rappelons que dans cette œuvre, il utilise les Grands de son époque pour donner une idée du souverain parfait. Pour ne pas comprendre cette œuvre de travers il est important de lire en parallèle "les Discours...".

Les rumeurs d’inceste et d’assassinats ont été très souvent colporté par le pape Jules II, celui qui l’a fait capturé. D’un point de vue historique, elles sont donc peu crédibles. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/yes.png

Abordons un autre personnage, je vous prie : Lucrezia Borgia.
Elle est née à Subiaco le 18 avril 1480 et est morte le 24 juin 1519. Elle n’était que l’outil politique de son père et de son frère.
Elle fut mariée en premier lieu avec Giovanni Sforza. Mais le mariage fut annulé (on raconte que l’union n’avait pas été consommé). Imaginez donc la vexation de Sforza suite à cela. N’aurait-il pas été de bon goût de faire courir quelques rumeurs incestueuses ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png
En deuxième lieu, elle fut mariée à Alphonse d’Aragon. Malheureusement, il donna un enfant à Lucrezia, et donc Cesar du l’assassiner, l’excuse de la non-consommation n’étant pas valable. Ce ne fut que lors de son troisième mariage qu’elle put enfin être tranquille. Elle devient protectrice des arts dans les mêmes années.
Elle décède à 39 ans, suite à un accouchement (accouchement auquel, l’enfant n’a pas survécu non).
Lucrezia était connue pour être belle, très belle.

Mais,

Par des textes officiels, je puis vous assurer que ce n’est pas ainsi que nous retrouverons ces personnages dans ACB.
Cesar Borgia. Dans l’ombre du Pape se cache le pire ennemi d’Ezio, Cesar Borgia. Vicieux, dépourvu de toute morale, l’habilité au combat de cet homme d’armes n’a d’égal que sa soif de pouvoir. La puissance de son père lui ouvre toutes les portes : il utilise les fonds du Vatican pour se constituer sa propre armée et se lancer à la conquête de plusieurs villes italiennes. Cesar ne recule devant rien pour satisfaire son ambition démesurée, y compris l’assassinat de son propre frère. Ezio devra utiliser tous ses talents de Maître Assassin pour faire face à cette nouvelle menace.
A noter qu’il manipule son père, Rodrigo Borgia.

Lucrezia, quant à elle, prendra son rôle sulfureux que les rumeurs lui ont donné : liaisons incestueuses, outil politique, femme fatale, personnage énigmatique et empli de vices, qui utilise la séduction pour arriver à ses fins.

Et quant à Machiavel, il aura une rivalité naissante avec Ezio... Affaire à suivre. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/whistling.gif

Et pour la bio de Machiavel, Caterina Sforza ; c’est ici :
http://forums-fr.ubi.com/eve/f...784/m/3081035007/p/6 (http://forums-fr.ubi.com/eve/forums/a/tpc/f/2731068784/m/3081035007/p/6)

J'espère que ça en éclaire certains, et que j'ai été compréhensible. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png

Et ne pas hésiter à en rajouter ! http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png

Miss-Daft
16/11/2010, 14h40
A quelques jours, (pour les plus malchanceux, sur consoles) de la sortie d’ACB, j’ai décidé de vous rappeler un peu la vie de quelques personnages, pas choisis au hasard : Cesar et Lucrezia Borgia, et un peu de Machiavel. Et Caterina Sforza, si vous en voulez encore. Oui oui, je suis généreuse moi...

Commençons donc par le big méchant, j'ai nommé...

Cesar Borgia : né le 13 septembre 1475 à Rome, et mort le 12 mars 1507 à Vianna, en Navarre, dans le pays d’Espagne (mais vous le saviez, j’en suis sûre http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png).

Notre cher ami possède de nombreux titres : duc de Valentinois et de Romagne, prince d’Andria et de Venafro, comte de Diols, seigneur de Piombino, Camerino et Urbino, gonfalonier et capitaine général de l’Eglise, condottiere, cardinal.
Bref, c’est quelqu’un.

Il a de nombreux frères et sœurs, dont Lucrezia Borgia, mais nous en parlerons plus tard.

J’ai envie de vous passer sa jeunesse de manières très rapides : son père, Rodrigo (ou Alexandre VI, son nom de pape) le destine à une carrière religieuse. Cependant, le meurtre de son frère aîné, retrouvé poignardé dans le Tibre, le fait abandonner la voie du clergé. L’histoire ne dit pas si c’est bel et bien Cesar qui l’aurait tué, même si les raisons politiques et/ou sentimentales (la femme de son frère était sa maîtresse) sont présentes, la vérité semble tout autre. Quoiqu’il en soit, Cesar se retrouve donc dans la carrière militaire qu’il rêvait.

Passons aux choses plus intéressantes : en 1499, la deuxième guerre d’Italie est lancée. Cesar est déclaré gonfalonier de l’Armée des clefs (l’armée papale). A ses ordres, des mercenaires italiens et des régiments suisses, via le roi de France (les chiffres sont apparemment de 4000 fantassins et 300 cavaliers). Cette guerre vise à virer les dirigeants des États pontificaux, car ils se considéraient indépendants (version simplifiée). Mais, devinez qui lui tient tête dans cette histoire ?
Caterina Sforza, bien sûr ! Ceci dit, le 9 mars 1499, elle est vaincue, et Imola et Forli tombe sous le joug des Borgia. Et la campagne continua, dans la victoire de Cesar.

En juin 1502, Florence commence à prendre peur. La ville envoie donc deux émissaires : le cardinal Soderini et… Machiavel ! Mais nous en reparlerons plus tard, également.
Louis XII parvient à convaincre Cesar de ne pas attaquer Florence, celui-ci se tourne vers d’autres conquêtes (Bologne, notamment). De là, il est au sommet de sa puissance.

Mais pas pour toujours. Son père, meurt, vraisemblablement empoissonné le 18 août 1503. A partir de là, les choses se compliquent. Le pape Pie III, qui était neutre, meurt un mois après son élection, et c’est Giuliano della Rovere qui prend sa suite, sous le nom de Jules II. Il est un ennemi farouche des Borgia. Jules II va démembrer le domaine de Cesar alors que celui-ci s’est fait capturé par Gian Paolo Baglioni (ne doutez pas que le pape y est pour quelque chose... http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/sweatingbullets.gif).
En 1504, Cesar est « offert » au roi d’Espagne contre qui il a lutté avec Louis XII. Il s’évade, et se met au service de son beau-frère. Il meurt à l’âge de 31 ans, au cours du siège de Viana.

Bien, comme je vous l’avez sûrement remarqué, j’ai parlé de Machiavel.
En effet, celui-ci reste auprès de Cesar quelques temps, de la fin de l’an 1502, au début de l’an 1503. Machiavel, qui a écrit « Il Principe » (Le Prince), utilise énormément Cesar comme modèle. Rappelons que dans cette œuvre, il utilise les Grands de son époque pour donner une idée du souverain parfait. Pour ne pas comprendre cette œuvre de travers il est important de lire en parallèle "les Discours...".

Les rumeurs d’inceste et d’assassinats ont été très souvent colporté par le pape Jules II, celui qui l’a fait capturé. D’un point de vue historique, elles sont donc peu crédibles. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/yes.png

Abordons un autre personnage, je vous prie : Lucrezia Borgia.
Elle est née à Subiaco le 18 avril 1480 et est morte le 24 juin 1519. Elle n’était que l’outil politique de son père et de son frère.
Elle fut mariée en premier lieu avec Giovanni Sforza. Mais le mariage fut annulé (on raconte que l’union n’avait pas été consommé). Imaginez donc la vexation de Sforza suite à cela. N’aurait-il pas été de bon goût de faire courir quelques rumeurs incestueuses ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png
En deuxième lieu, elle fut mariée à Alphonse d’Aragon. Malheureusement, il donna un enfant à Lucrezia, et donc Cesar du l’assassiner, l’excuse de la non-consommation n’étant pas valable. Ce ne fut que lors de son troisième mariage qu’elle put enfin être tranquille. Elle devient protectrice des arts dans les mêmes années.
Elle décède à 39 ans, suite à un accouchement (accouchement auquel, l’enfant n’a pas survécu non).
Lucrezia était connue pour être belle, très belle.

Mais,

Par des textes officiels, je puis vous assurer que ce n’est pas ainsi que nous retrouverons ces personnages dans ACB.
Cesar Borgia. Dans l’ombre du Pape se cache le pire ennemi d’Ezio, Cesar Borgia. Vicieux, dépourvu de toute morale, l’habilité au combat de cet homme d’armes n’a d’égal que sa soif de pouvoir. La puissance de son père lui ouvre toutes les portes : il utilise les fonds du Vatican pour se constituer sa propre armée et se lancer à la conquête de plusieurs villes italiennes. Cesar ne recule devant rien pour satisfaire son ambition démesurée, y compris l’assassinat de son propre frère. Ezio devra utiliser tous ses talents de Maître Assassin pour faire face à cette nouvelle menace.
A noter qu’il manipule son père, Rodrigo Borgia.

Lucrezia, quant à elle, prendra son rôle sulfureux que les rumeurs lui ont donné : liaisons incestueuses, outil politique, femme fatale, personnage énigmatique et empli de vices, qui utilise la séduction pour arriver à ses fins.

Et quant à Machiavel, il aura une rivalité naissante avec Ezio... Affaire à suivre. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/whistling.gif

Et pour la bio de Machiavel, Caterina Sforza ; c’est ici :
http://forums-fr.ubi.com/eve/f...784/m/3081035007/p/6 (http://forums-fr.ubi.com/eve/forums/a/tpc/f/2731068784/m/3081035007/p/6)

J'espère que ça en éclaire certains, et que j'ai été compréhensible. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png

Et ne pas hésiter à en rajouter ! http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png

CesarBorgia
16/11/2010, 15h02
Globalement, c'est de qualité.

Je vais juste rajouter que lors de l'empoisonnement de Rodrigo, Cesare était aussi présent (et a lui aussi souffert du poison -ou de la "maladie"-). C'est ce qui a fait qui l'a perdu.
Il a juste eu le temps d'envoyer Miguel Corella (Michelotto, on le voit dans les vidéos), son "assassin" personnel piller le trésor pontifical. Mais il n'a pas pu réagir avec la rapidité requise à la mort de son père. Du coup, vulnérabilité passagère et il n'en fallait pas plus pour que Jules II le défonce, comme Miss le raconte au dessus.

Il faudrait peut-être un petit topo sur la mort de Cesare, j'avais recopié le récit de celle-ci dans une biographie que j'ai, je l'ai postée quelque part, je la mets ici dans deux minutes.

<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content"> "Le roi Jean de Navarre nomme César capitaine général de ses armées et l'envoie combattre le comte de Beaumont. C'est un adversaire redoutable. Très petit, il est réputé pour sa férocité.

Son épitaphe au monastère de Veruela en garde mémoire : "Dans un corps si petit jamais on ne vit autant de force." Aucun scrupule ne l'arrête : il déchainera pour satisfaire ses ambitions trois guerres successives en Navarre,ne reculant pas devant l'appel de l'étranger. Il sera condamné par contumace à la peine de mort pour crime de lèse-majesté. Pour le moment, il occupe la forteresse de Viana d'où il faut le déloger. Le roi Jean se porte avec César devant la place. Ils s'appuient sur la ville qui est fidèle pour mettre le siège devant le chateau.

Le Valentinois (surnom de Cesare) a sous ses ordres mille cavaliers, deux cents hommes d'armes et cinq mille fantassins, de l'artillerie de siège et de campagne. Il investit le chateau qui est mal approvisionné en vivres. Le comte de Beaumont a constitué un camp à quelque distance, il dispose de deux cents lances et six cents fantassins pour harceler les assiégeants. Profitant d'un violent orage qui disperse les sentinelles de Cesare durant la nuit, il réussit à conduire un convoi chargé de farine dans un creux près de la ville. Il fait entrer ces vivres dans la forteresse. Il renouvelle l'opération deux fois sans être repéré.

Alors qu'il s'en retourne vers son camp avec une forte escorte, il se heurte à un renfort de castillans envoyés au roi de navarre par un allié. Les nouveaux venus alertent la ville. Cesare, surpris dans son sommeil, revêt à la hâte son armure et saute en selle sans attendre qu'on le suive.

Jurant et blasphémant, le Valentinois pique droit sur l'ennemi, atteint l'arrière garde et tue trois hommes. Beaumont, se retournant, aperçoit ce furieux, isolé comme un fauve solitaire, et lance contre lui un groupe de chevaliers. Luis Garcia de Agredo, à la tête de cette petite troupe de vingt hommes attirent le Valentinois dans un repli de terrain, hors de la vue de l'armée. Seul contre eux, Cesare combat en héros. Frappé sous l'aisselle, il est désarçonné, percé de part en part et s'affaisse sanglant. Ses agresseurs le dépouillent de ses armes et de sa brillante armure, ainsi que de son cheval." </div></BLOCKQUOTE>

Edit : Il s'agit de la mort historique, évidemment. Il n'y a aucun assassin là dedans et on ne sait pas comment ça se déroulera dans le jeu.

Berillions
16/11/2010, 15h17
Je le sens mal ce Machiavel s'il y a une rivalité avec Ezio. Maintenant que l'on sait qu'il sera aux côtés de César... Futur traitre le Machiavel ?

JaX-x5
16/11/2010, 22h31
Dans certains vidéos,je l'avais déjà trouvées distants, direct...On verra bien.

Miss-Daft
17/11/2010, 06h53
En effet Berillions, je rejoins ton avis. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png
Machiavel me semble suspect pour moi aussi...

Merci Cesar de raconter ta propre mort, j'avais peur que ça fasse trop lourd si c'était moi qui la mettait ! http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png

http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/panneau012.gif De suite, de suite...

Et bientôt : Rome et son retard suite à la Renaissance.

CesarBorgia
17/11/2010, 07h07
Historiquement, comme dit plus haut par Miss, Machiavel s'est rapproché de Cesare pour l'avoir à l'oeil et négocier en permanence avec lui pour éviter la chute de Florence. Cesare n'avait pas grand chose à faire de cette ville mais certains de ses condotierri avaient une revanche à prendre sur Florence. Il s'est même fait embaucher par la ville, durant une période.

Machiavel sera donc très proche de lui pendant un moment, les deux seront "amis". En revanche, dès la mort du pape et l'affaiblissement de Cesare, il n'y aura plus vraiment de ça. Machiavel décrira Cesare comme "l'ombre de lui-même", jadis si clairvoyant politiquement et stratégiquement et maintenant devenu totalement irréaliste et crédule des promesses (fausses) d'un Jules II oeuvrant sournoisement à sa mort.

Miss-Daft
17/11/2010, 07h13
Deux options : soit Machiavel est un traître, soit un agent double.
Je pencherai pour un traître qui va, une fois Cesar affaibli, essayer de retourner vers Ezio et les Assassins, genre "hé ho, vous vous souvenez de moi ?". Bon, je caricature, hein, mais c'est ma vision de la chose.

miss-chibi
19/11/2010, 12h48
en même temps s'il fait vraiment ça ,il risque d'être criblé de lame secrète ! http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png