PDA

Afficher la version complète : Tournoi d'été IL-2 1946 Le Clan des Officiers



Officers-007
11/06/2008, 13h37
Bonjour.

Je me permets de vous signaler un petit tournoi d'été que nous organisons sur IL-2 1946. Si des pilotes ici présents souhaitent y participer, qu'ils n'hésitent pas à se reporter à ce message sur notre forum qui leur donnera les détails :

http://www.leclandesofficiers.com/Forum/index.php?showtopic=2764&st=0&start=0

http://www.leclandesofficiers.com/Banque%20Images/Signatures/EkoCOD2.jpg

Officers-007
11/06/2008, 13h37
Bonjour.

Je me permets de vous signaler un petit tournoi d'été que nous organisons sur IL-2 1946. Si des pilotes ici présents souhaitent y participer, qu'ils n'hésitent pas à se reporter à ce message sur notre forum qui leur donnera les détails :

http://www.leclandesofficiers.com/Forum/index.php?showtopic=2764&st=0&start=0

http://www.leclandesofficiers.com/Banque%20Images/Signatures/EkoCOD2.jpg

SgtChaudart
11/06/2008, 14h47
Tu es vraiment partout!
Trop fort!

Player_43
12/06/2008, 07h10
Petite question satellite : les sous-off pouvaient voler durant la WWI mais pour être pilote durant la seconde guerre mondiale il fallait être au moins sous-lieutenant (=officier) non ?

Katsuo_343KKT
12/06/2008, 07h43
Pas forcément, chez les Japonais, les pilotes de l'aéronavale étaient sous-offs ou hommes du rang (matelot quoi).

ungibus
12/06/2008, 10h41
Chez les allemands, les sous-off étaient nombreux et pour notre armée de l'air, ils formaient la majorité du personnel navigant, pilotes compris.

Kintaro_343KKT
12/06/2008, 13h32
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">Message original par Player_43:
Petite question satellite : les sous-off pouvaient voler durant la WWI mais pour être pilote durant la seconde guerre mondiale il fallait être au moins sous-lieutenant (=officier) non ? </div></BLOCKQUOTE>

Justement, non. Il suffisait d'être bien portant et en suffisante bonne santé (l'examen de la santé des yeux était pourtant très particulièrement sévère), mais pas besoin d'être officier. Ce fut peut-être le cas pendant les premières années de la Première Guerre Mondiale car au début de l'aviation militaire c'était l'élite qui volait, mais à partir de 1916 ou 1917 la situation changea pour ce qui est des équipages et les officiers ne furent à nouveau majoritaires en vol qu'avec la guerre froide et la mise en place d'appareils ultra rapides, de pilotage délicat et... extrèmement chers. De là le besoin d'une formation théorique et pratique poussée et d'une spécialisation militaire du métier, propre à un officier.

<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">Message original par ungibus:
Chez les allemands, les sous-off étaient nombreux et pour notre armée de l'air, ils formaient la majorité du personnel navigant, pilotes compris. </div></BLOCKQUOTE>

Et j'ose même dire que c'était le cas de toute armée de l'air de l'époque, au moins de celles qui connurent et participèrent du conflit. Dans le sens de ce que disait Katsuo, et selon mon ancien chef d'escadrille, le cas de la Marine Impériale Japonaise était le cas extrème : seulement 15% des pilotes et membres d'équipage étaient des officiers, le 85% restant étaient des sous-officiers ou des bas gradés (au rang de matelot dans la Marine Impériale), mais ils étaient surtout des sous-officiers.

En Espagne j'ai rencontré il y a quelques années un ancien aviateur des armées de la deuxième république espagnole (1931-1939) qui avait volé pendant la guerre civile (conflit de 1936-1939, je dois conserver son authographe quelque part...) et il m'avait dit qu'il avait postulé au recrutement dans la FARE (Force Aérienne de la Republique Espagnole) par un mouvement de romantisme... Il avait été admis sans grande difficulté. L'aviation attirait les jeunes hommes de l'époque, c'était l'aventure, le rêve, et l'embleme ailé sur le revers de la veste d'un uniforme faisait aussi rêver les filles de l'époque...

Mais de nos jours pour se faire recruter comme ça dans une armée de l'air (tout en faisant partie du personnel navigat) il faut se lever très tôt le matin, bien faire ses prières et surtout payer un bon marabou qui fasse une magie très forte, parce que le critère de séléction est devenu tellement dur qu'on ne connaîtra plus jamais les bureaux de recrutement des années 30/40... Rien ne vaut l'époque des hélices !

ungibus
13/06/2008, 12h05
Je crois que seules la RAF et USAAF n'avaient que des officeiers comme pilotes, par contre le reste des PN comportait tous les grades (d'aviateur à colonel).

GCIII-6_Hartenstein
13/06/2008, 12h23
Il me semble que la RAF possédait des sous-officiers pilotes.
Clostermann n'a pas été officier de suite, que ce soit dans les FAFL que dans la RAF.

ungibus
14/06/2008, 02h34
Effectivement, tu as raison. En feuilletant les notes du Grand Cirque, il apparaît que 30 à 35 % des pilotes des squadrons de la RAF étaient sous-off.